Critic Baby, notre mascotte, a interviewé Cendrine N.William

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Bonjour, J’ai le plaisir de vous présenter l’interview de notre auteur

Cendrine N.Williams

: Cendrine N.William, pouvez-vous nous révéler depuis quand vous avez le virus de l’écriture ?

Cendrine N.William : Avant tout, je crois que j’ai le virus de l’imagination. J’ai commencé à inventer des histoires avant même de savoir écrire ou lire ! Comme toujours dans la vie, c’est par le regard des autres qu’on se dit ou non que ça vaut la peine de poursuivre. À l’âge de 4-5 ans, une amie de ma mère lui a dit devant moi combien elle était étonnée par mon imagination et les histoires que je lui racontais. Malgré mon jeune âge, j’en avais été très fière et je n’ai plus jamais cessé de le faire ensuite.

J’ai réellement commencé à écrire des “livres” à l’âge de 14-15 ans. Deux “essais” tout d’abord qui ont reçu bon accueil parmi mes amies, famille, amis de la famille. A 16 ans, la saga Mark Storm naissait, sans que je sache que cela deviendrait “une saga” d’ailleurs. À chaque fin de tome, je me retrouvais avec l’esprit plein d’idées pour un suivant et puisque mes quelques lecteurs et lectrices appréciaient, je me remettais à écrire, encore et encore sans que cela veuille s’arrêter. C’était un peu comme si une petite voix me racontait l’histoire que je retranscrivais ensuite. C’est une drôle de relation entre “moi” et “Mark”, je l’avoue (sourire)

: Quelques questions générales pour commencer, quel est votre signe du zodiaque ?

C N.W Je suis du signe du Taureau, une grande sensible donc. Certaine de mes connaissances ajouteraient : ascendant St-Bernard ^^

: Pensez-vous être née sous une bonne étoile, enfin pour un auteur qui nous fait voyager dans toutes les galaxies !

C N.W… : Oh là, quelle question ! Une bonne étoile ? Je n’en ai pas souvent eu l’impression, mais à quelque part, c’est aussi ce « vague à l’âme » qui m’a fait me plonger dans l’écriture et est donc responsable de la naissance de Mark Storm.

: Si je vous dis « Dream in Blue », à quoi pensez-vous ? Non, non… On ne consulte pas Google !

C N.W : Ah je crois entendre la chanson (sourire).

: Si vous deviez vous réincarner en animal lequel choisiriez-vous et pourquoi ?

C N.W : le chat, parce que les miens ont une vie très coooool !

: Il y a un petit moment déjà, votre chemin a croisé celui d’Irène lorsque vous avez intégré sa communauté sur Over-blog, cela vous a-t-il aidé à faire connaître Mark Storm ? Pensiez-vous à ce moment là avoir rencontré votre future Editrice ?

C N.W : Je pense que comme tout ce qui me tombait sous la main (forum, site, etc), cela m’a aidé à faire connaître mes livres. Non, à cette époque, je ne pensais pas qu’Irène serait un jour mon éditrice, ceci déjà pour une raison bien simple, je m’étais fait à l’idée de simplement m’auto-publier, je ne pensais plus essayer l’édition dite « classique ». J’ai suivi de loin ensuite la création d’IPE et j’ai mis longtemps avant d’oser proposer mon livre. Les raisons ? Déjà parce que la SF, et pire encore, le space opéra, francophone de surcroit, c’est assez typé tout de même. Ensuite, parce que j’en étais resté à la réponse d’un directeur artistique d’une grande maison d’édition il y a trois ans : « une maison d’édition doit croire à 100% avant de se lancer dans un projet avec un auteur inconnu » (je résume)… 100%, c’est beaucoup, c’est la perfection… mon livre n’est certainement pas mangaune « perfection », qui peut d’ailleurs croire être parfait. Et enfin, parce qu’il me fallait beaucoup de confiance pour confier mon « bébé » à quelqu’un. Me faire publier, oui, mais s’il fallait pour cela changer des choses pour être « plus dans le vent de ce qui se vend », jamais !

: A ce moment là, le visage de Mark Storm était déjà le même qu’aujourd’hui sur vos sites et avatars, si je ne me trompe pas, quand Sabrina l’a-t-elle dessiné ?

C N.W : A l’époque, ma référence visuelle, surtout pour le regard, était Dante, de Devil May Cry (oui, ceux qui veulent peuvent consulter Google). J’avais trouvé sur le net un portrait qui m’avait fait dire : « oh mais c’est tout à fait Mark » (hormis la couleur des cheveux). Ensuite, j’ai fait la connaissance de Sabrina à qui j’ai décrit « ma vision » et sa création est très réussie ! C’est une grande pro, j’espère que sa carrière sera à la hauteur de son talent.

: Vous semblez très complémentaires toutes les deux, comment vous êtes-vous rencontrées ? Continuerez-vous à travailler ensemble sur Mark Storm ?

C N.W : Nous ne nous sommes jamais rencontré « en vrai », mais le net est un merveilleux moyen de communication ! J’ai été très heureuse de savoir que Sabrina avait envie de faire la couverture du second volume de la saga.

: Quels retours avez-vous des ados ou jeunes adultes attirés surtout par le look « manga » de Mark sur la couverture ? Sont-ils aussi conquis qu’ils l’espéraient ?

C N.W : Ce look « manga » attire effectivement l’œil des générations qui aiment la japanime et j’en suis très heureuse, étant moi-même une grande passionnée ! Même si mon style reste dans les « space opéra », il est clair que mon inspiration vient également de ce que j’ai pu découvrir et ressentir grâce aux mangas. Cette touche « manga » plaît, je pense, puisque les retours que je peux avoir tournent autour de : « à quand la suite ? ». Je n’ai pas eu, sinon, de critiques « approfondie » de la part d’ados ou jeunes adultes. Elles viennent plutôt de lecteur et lectrices « plus âgés » et parfois souvent de lecteurs et lectrices qui, au prime abord, n’étaient pas connaisseurs ou tout simplement attirés, par la SF. Je suis assez fière de leur avoir fait aimer mon petit monde.

: Peut-on vraiment dire que Mark Storm fasse rêver toutes les femmes, des plus jeunes aux plus âgées ? Par quel acteur le verriez-vous incarné au cinéma ? Allez soyons fous, dites nous tout…

C N.W : Je ne sais pas s’il peut faire rêver toutes les femmes, les goûts et les couleurs ne se discutent pas, n’est-ce pas ? Mais au-delà d’un physique ma foi « agréable », je pense qu’il a également une personnalité qui ne laisse pas indifférent…e.

Un acteur pour Mark ? Je me suis souvent posé la question. Et je ne trouve pas. Car j’ai un critère terrible : le regard, et pour l’instant…

Que pensent vos lecteurs quand ils voient la maman de Mark Storm, une jeune suissesse séduisante de 35 ans ? Correspondez-vous à la l’image qu’ils s’étaient faite de vous ?

C N.W : Disons 35 et quelques grosses poussières ^^. En fait, pour l’âge, ils ne le savaient pas jusqu’à votre question ! Je ne parle jamais de mon âge, non pas pour une question de coquetterie mal placée, mais tout simplement parce que je ne l’ai ni dans la tête ni dans le physique. Mis à part cela, je n’ai aucune idée de l’image qu’ils peuvent se faire de moi… Il faut leur demander ;)

: Pensez-vous que votre maison d’édition sera à la hauteur de vos espérances ?

C N.W : Et moi, est-ce que je serai à la hauteur des siennes ? Est-ce que mes livres se vendront suffisamment bien ? Comme dans un couple, l’aventure littéraire se vit à deux. Je ferai de mon mieux pour que ce soit une réussite et je sais qu’IPE fera de même. Quant à mes espérances, je ne suis pas certaine d’en être capable moi-même, alors je ne vais pas demander la promesse à qui que ce soit d’autre de les atteindre. Par contre essayer ;)…

:Après Territoires Interdits, dans quelles aventures retrouveront-nous Mark, dans quelles galaxies ?

C N.W : Pour ce deuxième volume, les aventures de Mark se dérouleront toujours dans la même galaxie, la nôtre. Il fréquentera même de près une petite planète bleue assez connue. Le titre, « La Guerre du Temps », vous laisse présager le thème de ce deuxième acte, et évidemment, je pose quelques nouvelles pierres à mon « fil rouge », mais je n’en dirai pas plus, à vous de découvrir !

: Nous vous remercions pour vos réponses sincères et spontanées et nous suivront avec intérêt votre ascension ainsi que celle de Mark… Une petite conclusion, un espoir, une revendication ?

C N.W : Merci à vous de vous être intéressé à ma petite personne ! Une conclusion ? Non, je ne suis qu’au début de l’aventure ;). Une revendication ? Plutôt une affirmation : il n’y a pas que les hommes ou les anglo-saxons qui savent écrire de la SF-Space opera, non mais ! Un espoir ? Que Mark Storm soit un jour un manga, voire un anime !

Pour vous procurer ce beau livre, c’est ICI

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »