Critic Baby, notre mascotte, a interviewé Janina Maille

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Vous ne connaissez pas JANINA MAILLE ?  Mon interview va combler vos lacunes.

Cette auteur est à découvrir.

: Janina Maille, une petite question classique pour commencer, depuis quand écrivez-vous ?

Janina Maille : Je vous dirais bien depuis toujours, ce qui est presque vrai, mais ce qui est certain c’est qu’à 14 ans j’avais écrit plusieurs histoires sur des cahiers

: Lorsque j’ai vu votre livre j’ai été séduit par le titre mais en le lisant je vois que ça n’a rien à voir avec la botanique. Pourriez-vous expliquer à nos lecteurs ce qu’est l’Iris Bleu et pourquoi ce nom…

JM : Effectivement rien à voir, même si le titre porte à confusion. D’ailleurs, ce titre m’est venu spontanément et je pense qu’il correspond bien à son histoire. Une histoire qu’on pourrait situer au milieu du siècle dernier là où une famille venue de l’Est s’était installée sur une terre accueillante qui les adopta très vite. Alors pour l’honorer, le père la baptisa de ce joli nom de fleur : l’Iris bleu. En même temps, il faisait un clin d’œil à son épouse car c’est elle qui l’avait inspiré avec ses iris qu’elle faisait pousser dans son jardin.

: Comment l’avez-vous connue,  Irène ?

JM : J’ai connu Irène à la suite de plusieurs circonstances. D’ailleurs je pense même que tout s’est enchaîné tout naturellement du moment où j’ai fait mes premières démarches pour me faire connaître dans ma commune. De là tout est allé très vite, comme ci l’histoire était écrite. J’ai rencontré les bonnes personnes, en particulier une qui m’a proposé de faire mon premier salon du livre à Selvigny. Je n’avais jamais entendu parler de ce village! Toujours est-il que j’ai accepté et finalement je me suis retrouvé en face d’Irène Pauletich car c’est elle qui organisait ce salon !

: Vous n’habitez pas loin de chez Irène.  Est-ce un avantage ou un inconvénient ? N’est-elle pas trop envahissante ?

JM : Envahissante ? Vous rigolez ? Je ne l’ai pas vue depuis l’année dernière !! Pour être sérieuse, non, pas du tout ! Envahissante est un mot qui ne lui convient pas du tout ! Au contraire, elle est très entreprenante et sait vous mettre en valeur, tout au moins c’est ce que je ressens. Et en plus, je ne connais pas beaucoup d’éditeurs qui se déplaceraient pour vous comme elle le fait ! Et je sais de quoi je parle !

: Vous avez eu une mauvaise première expérience de l’édition, pouvez-vous nous raconter votre mésaventure ? (sans citer le nom de cette maison d’édition…)

JM : Votre question rejoint exactement ce à quoi je pensais tout à l’heure ! Effectivement j’ai eu une mauvaise expérience avec ma première maison d’éditions. Pour couper court, cette maison d’éditions donne, soit disant, un coup de pouce à des auteurs inconnus qui veulent se faire éditer. Après quelques mails et de rares coup de fils, car on ne voit jamais personne étant donné que tout se passe par PC ou par téléphone, votre manuscrit devient un livre. Mais le problème c’est que votre livre n’existe pas à sa juste valeur car il est noyé dans la masse de tous les livres édités bien avant vous et bien après vous, vu que cette maison d’éditions accepte tout le monde. Le problème est que vous devez vous débrouiller tout seul pour votre promo et tout ce qui s’ensuit ! Et contrairement à IPE qui s’occupe de tout et qui vous donne quelques livres, cette maison d’éditions ne vous offre même pas votre premier roman. Non seulement j’ai du acheter mes premiers livres, mais quelque part j’étais déçue par son apparence fade et sa couverture sans vie. Et il y a encore tas de choses incohérentes mais, je ne vais pas trop leur jeter la pierre car c’est grâce à eux que j’ai fait la connaissance d’Irène !

: A ce propos, pouvez vous nous dire pourquoi un groupe d’auteurs présents à votre premier salon du livre parlent de l’iris virtuel (ou fantôme)… Vous nous expliquez ?

JM : Ah ! Je vois que même vous, vous êtes au courant de mon livre virtuel ! Comme quoi ! Bref… Je vous ai parlé de ma mauvaise première expérience de l’édition. Et bien c’est encore elle qui m’a tourné en dérision. Pour mon premier salon du livre à Selvigny, j’avais besoin de livres, ce qui est évident, donc j’en informai la maison d’éditions qui me répondit que je devais les acheter moi-même, il y en avait au minimum pour à peu près 300€ ! Désolée mais je ne pouvais pas. Comme je n’avais qu’une adresse mail, c’est le cœur en larme que j’informais l’organisatrice du salon que je ne pouvais venir. Ni une ni deux, je recevais sitôt cette réponse : « Qui est votre éditeur ? » et ensuite tout s’enchaina très vite car cette même organisatrice prenait tout en main ! J’étais scotchée ! Si bien que le samedi prévu pour le salon de Selvigny j’arrivais toute confiante. C’est là que je fis connaissance de ma bienfaitrice Irène Pauletich qui dans la foulée des présentations m’annonça qu’elle n’avait toujours pas reçu mes livres qu’elle avait commandé. Ils devaient être livrés avant midi. On a attendu toute la journée ils ne sont jamais arrivés ! Malgré tout on a fini par en rire (moi moins que les autres) et parler de l’Iris bleu est devenu l’attraction du salon. Malgré moi, pour une journée, j’étais devenue populaire. Je me souviens d’une dame qui s’arrêtant à mon stand et remarquant mes petites cartes de visite à l’effigie de l’iris bleu s’est écrié « ah ! C’est vous le fameux Iris bleu, j’ai beaucoup entendu parler de vous. Vous êtes en rupture de stock ? C’est qu’il doit être vraiment bien ! Je pense que je vais le commander ! » Et pour finir, lors du tirage au sort pour la bibliothèque, à votre avis quel livre a été tiré au sort ? Et bien oui : l’Iris bleu !

: Comment écrivez-vous, au brouillon sur des feuilles volantes, dans des cahiers ou directement sur votre PC.

JM : J’ai toujours commencé à écrire sur des cahiers d’écoliers. J’ai ce besoin irrésistible de sentir les mots glissés de ma tête à la feuille de papier. C’est une communion indispensable qui m’aide énormément car j’ai tendance à faire de l’écriture automatique. J’ai peut être de l’encre dans les veines ! Je rigole mais c’est comme ça que je fonctionne. Ensuite, je retranscris tout ça sur le PC, c’est ma façon de me relire et de me corriger.

: j’ai entendu dire que vous corrigez et mettez en forme votre prochain livre et qu’il sera différent du premier, voulez-vous en dire un peu plus à nos lecteurs ?

JM : Effectivement, je suis en ce moment en pleine correction. J’aimerais que ce manuscrit soit prêt pour le printemps. Pour l’instant je le peaufine pour qu’il soit impeccable lorsque je le remettrai à IPE. Quant à son contenu, évidemment qu’il sera différent de l’Iris bleu. Déjà, il sera en quatre parties, pas quatre tomes mais bien quatre parties différentes dans le même livre ! Je peux déjà vous confier que deux histoires sont basées sur le fantastique et qu’une autre plutôt sur le monde des affaires et que la dernière vous fera verser des larmes. En tout cas, ce sera quatre histoires bien différentes !

: Irène m’a tout dit, vous avez une adorable petite fille, pensez-vous qu’elle sera fière de sa mamie quand elle sera en âge de lire vos livres ?

JM : C’est pour elle que je fais tout ça ! Et en attendant qu’elle devienne fière de moi, je suis trop fière d’avoir ce petit cœur comme petite fille !

: Martine Grassart a réalisé rapidement la couverture de l’Iris Bleu, lui ferez-vous confiance pour la prochaine ?

JM : Sans aucun doute ! Et si elle le veut bien, ce serait pour moi un grand honneur d’avoir une nouvelle couverture signée Martine Grassart ! Pour l’Iris bleu, dans la précipitation, elle a déjà fait une belle couverture, alors imaginez si elle avait eu plus de temps ! Et si elle le veut bien, pour le prochain j’aimerais partager avec elle quelques idées. Je suis certaine qu’au final ce sera super ! Le talent se remarque toujours !

: Nous vous voyons dans les salons accompagnée de Joël, votre mari, vous aide-t-il dans votre activité d’écrivain ? Est-il votre muse ?

JM: Oh ! Au début Joël était septique quant à ma première maison d’éditions, puis il a changé dès lors où il a connu Irène et son entourage… Mon mari est un anxieux, il faut toujours le rassurer. Alors le fait de connaître les gens avec qui je partage ma passion pour l’écriture lui redonne confiance. S’il m’accompagne, c’est qu’il se sent bien. Et venant de sa part, c’est ce genre d’aide dont j’ai besoin.

: Si vous deviez vous réincarner en animal (ou en fleur) lequel choisiriez-vous et pourquoi ?

JM : Ce serait prétentieux de ma part si je vous répondais l’Iris bleu ! Non, je préfèrerais le loup car il est fidèle et n’a pas peur du dur labeur. Il n’est pas facile à gérer et c’est pour moi plus une qualité qu’un défaut. Toutefois quand il aime c’est pour toujours et il saura se montrer digne envers ceux qui l’acceptent tel qu’il est. Par contre, lorsqu’il déteste, il le fera de tout son cœur. De plus ne le laissez jamais s’il n’en n’a pas envie sinon gare aux dégâts ! Il détruit n’importe quoi quand il s’ennuie ou est contrarié. Tien ça me fait rappeler quelqu’un !

: quel est votre signe zodiacal ? Pensez-vous qu’il vous aide à trouver l’inspiration.

JM : Je suis poisson ascendant scorpion ! On dit que le poisson est un doux rêveur alors pourquoi pas !

: Si le Père Noël (enfin plutôt la mère Noël) d’IPE avait le pouvoir de réaliser votre vœux le plus cher, que serait-il ?

JM : Que tous mes vœux se réalisent !

: Quel est le salon du livre que vous avez préféré ? Dites nous tout, Irène n’écoute pas….on ne lui dira rien ! (Rires…)

JM : Je vous réponds sans hésiter Selvigny ! C’est là que j’ai fait justement la connaissance d’Irène Pauletich que dis-je Madame Irène Pauletich et de tous ces auteurs qui m’ont fait vivre une journée inoubliable ! Je vous avoue que sans ce premier salon, je ne serais pas là aujourd’hui !

: Nous vous remercions Janina, pour vos réponses sincères, et spontanées et nous suivront avec intérêt votre carrière littéraire… Une petite conclusion, un espoir, une revendication ?

JM : Je crois que cette fois j’ai pris le bon bateau avec IPE aux commandes. Cap sur une belle histoire qui ne fait que commencer… Le galion est bien armé !

Découvrez son Roman  L’IRIS BLEU, en cliquant sur la couverture du livre

SCAN0040.JPG

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>