Interview de notre Auteur Albert-Robert EZDRA

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:


Bonjour, J’ai le plaisir de vous présenter

l’interview d’Albert-Robert Ezdra, notre Auteur

: Vous venez de publier «Khôn l’Ancien » aux éditions IRENE PAULETICH dans la collection Humour. Avant de parler de votre ouvrage, nous aimerions en savoir un peu plus sur vous. Pouvez-vous vous présenter ?

ARE : Si c’est indispensable, d’accord : je suis parisien mais j’ai depuis longtemps fui la capitale et je vis maintenant dans le sud, à Valence exactement, avec ma compagne et ma fille. J’ai hérité de mes parents bulgares une philosophie teintée d’orientalisme fataliste, mais, cependant, je ne tends jamais, JAMAIS, l’autre joue. Je me sens citoyen du monde, j’aime les humains sans distinction, bien que je les trouve souvent trop passifs. Je ne pratique aucun sport, mais je ne dédaigne pas, à l’occasion, de regarder des compétitions cyclistes ou des tournois de tennis. Voilà, je ne vois rien à ajouter, si ce n’est que j’ai un gros nez et peu de cheveux.

: « Khôn l’Ancien » est votre deuxième ouvrage paru chez Irène Paultich Editions. Vous êtes aussi l’auteur de «L’Homme dans tous ses Etats » un recueil de nouvelles. Comment l’envie d’écrire est-elle née chez vous ? Que représentent ces romans pour vous ?

ARE : Joker ! Je ne sais pas comment est née l’envie d’écrire, j’écris quand j’en ai envie, ou besoin. Ce que je sais, c’est que je ne suis pas l’un de ces monstres sacrés qui ne peuvent pas ne pas écrire. Je les envie quelquefois… Que représentent mes ouvrages pour moi ? Justement, un besoin : celui de dénoncer, sur un mode faussement badin, les travers de notre société dans bien des domaines que je connais bien : celui des affaires où j’ai sévi, celui de la politique dans laquelle je suis engagé, ou encore du show-biz que j’ai bien connu à travers d’amis comme Jean Ferrat, Sim…et bien d’autres.

: Qu’est-ce qui vous a inspiré l’écriture de Khôn L’Ancien ?

ARE : Je viens de le dire : le besoin de mettre le doigt là où ça fait mal. La quatrième de couverture est assez explicite : Depuis l’époque où Khôn l’Ancien, mi-singe mi-homme, se dresse sur deux pattes, jusqu’au moment où son lointain descendant devient gouverneur de la planète mars, rien n’a fondamentalement changé dans la nature et le comportement de l’homme. Il est toujours aussi con !

: Pourquoi avoir choisi les éditions Irène Pauletich pour la publication de ce nouveau livre ?

ARE : Parce que je pense que les « gros » éditeurs mettent très rarement le paquet, comme on dit, sur un inconnu. Au contraire, Irène Pauletich, dans la mesure de ses moyens, ne ménage pas sa peine pour promouvoir son catalogue. Par ailleurs, elle est, selon moi, droite et honnête, et elle entretient avec ses auteurs, des relations étroites et privilégiées. Je suis convaincu que le monde de l’édition devra bientôt compter avec elle.

: Comment les personnages et la trame de l’histoire sont-ils nés ?

ARE : Le plus simplement du monde :puisque, comme je l’ai dit, je me complais à dénoncer les dérives de la société et les faiblesses (c’est un euphémisme) de ses dirigeants, je n’ai eu qu’à regarder autour de moi.

: L’actualité politique exerce-t-elle une influence dans votre écriture ?

ARE : Une grande, puissante, énorme, primordiale influence.

: Pensez-vous que vos ouvrages sont à la portée de tous lecteurs, ou destinez-vous vos livres à un public particulier ?

ARE : J’aimerais, bien sûr, avoir un lectorat très large et c’est pourquoi je ne « destine » pas mes livres à un public particulier. Si je peux me permettre cette intrusion dans le domaine de la chanson, Léo Ferré ou Georges Brassens ne ciblaient pas sciemment un public particulier, mais ils ont rarement été en tête du hit-parade. L’ont-ils jamais été ?

: Quelles sont vos conditions pour bien écrire ?

ARE : Si j’ai quelque chose de consistant à me mettre sous la dent, les conditions importent peu.

: Au-delà de l’écriture qu’est-ce qui vous passionne le plus dans la vie ?

ARE :  La vie.

: Quels sont les auteurs que vous appréciez ?

ARE : Vaste question ! Je suis bien incapable de dresser une liste. Disons que j’ai un faible pour les humanistes.

: Avez-vous d’autres projets littéraires ?

ARE : Tellement que deux vies n’y suffiraient pas :

: Qu’est-ce qui vous répugne le plus ?

ARE : L’intolérance et la bêtise.

: Si vous étiez un héros ?

ARE :    Je n’en ai pas l’étoffe.

: Si vous étiez une époque ?

ARE :   La nôtre

: Si vous étiez une célébrité ?

ARE : C’est quoi, une célébrité ? De Gaulle, Nelson Mandéla, Abraham Lincoln…Dorothée ?

: Si vous étiez un film ?

ARE : Il y en a tellement… Soldat Bleu, peut-être, Douze Hommes en Colère, Coup de Torchon… et tant d’autres !

: Si vous étiez un livre ?

ARE : Même réponse.

A Bientôt  pour une nouvelle Interview

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »